Anis à l'Orangerie au Botanique, 29/10/2009

Ces quelques mots de mon invité de coeur au concert d'hier soir : "Alors. Jeudi 29 octobre 2009, Anis à l’Orangerie du Botanique from Brussel. Anis, très loin des vapeurs anisées du Ricard des campings à la Dubosc. Ouf, j’ai horreur des soirées à Cabaret du Monde des cons. Non, plutôt badiane, la fleur de la méditerranée, mais aux origines mâtinées de Ruskoff, sans ses papiers, passé par la « Gare de l’Est », toujours à l’Ouest, gentil à l’Ouest. Sur scène, après une très belle première partie de petits gars de chez nous (au nom imbittable de « Sinus Georges », quand même on dirait une maladie qui glaire) Sinus Georges
: voici que déboulent 7 Blues Brother’s, fringués à la chicos : 2 cuivres, 2 guitares (dont 1 clavierzenplus), 1 batterie, 1 basse-contrebasse, frangin du chanteur anisé. Sans oublier Anis 1er. Lui-celui-ci arrive un peu stressé, en tout cas super concentré. Il lui faut 2-3 morceaux pour se lâcher les zygomatiques. Mais alors ça y va. Super énergie, présence et prestance, entouré de gaillards qui savent ce que jouer veut dire. Et qui se prennent un vrai pied qui pue pas la prétention. Le répertoire – qui pépite- emporte les mecs et les pépettes – un public trentenaire et quadra avec des petiots et quelques jeunots, tout le monde quoi-. Ca valse musette, ça ragga, ça reggae, ca rock à Billy et aux autres... surtout ça groove grave, un peu soul Motown sous de beaux éclairages et avec un son plutôt pas mal précis. On peut encore améliorer la clarté du mec qui chante en français, merci pour les violons et les sanglots longs des sonotones. 2 bonnes heures festives sans gras du bide (à la Sébastien, j’y reviens), de l’élégance sans prise de tête. Un super concert avec des rappels de chez rappel et un Anis (sans pluriel) qui s’ouvre, rit, se marre et nous amuse. En somme de la vraie chanson française mondiale, sans Sevraneries désevrantes. Un excellent moment, je vous dis. Pierre VD http://www.myspace.com/anislachance Site officiel d'Anis