Projet FemmeS LibreS



Les mots ne sont-ils que du bla-bla?

"Bourgeoise"

"Ignorante"
"Laïque"
"Colonialiste"
"Blanche"
"Pute",
"Juive",
"Islamophobe"
"Lesbienne"
"Franc-maçonne"...

Des mots durs, violents... en réponse à l'affirmation "Je suis une
femme libre",
de la photographe Lara Herbinia, en photo-reportage  le 7 février dernier Salle K, Campus du Solbosch de l'Université... libre de Bruxelles.
L'institution universitaire avait chargé Lara de couvrir le débat entre Caroline Fourest et Hervé Hasquin, "L'extrême droite est-elle fréquentable".
Elle fut prise à partie par l'une des organisatrices de la contre-manifestation "Burqa Bla Bla" qui mit fin à l'événement, pour des raisons ténébreuses - celles-là même que la science se plait parfois à vaincre - au terme de 21 minutes de chahuts et d'injures...

 Après le droit à l'info, le droit aux "gros mots"?

Pourquoi ces termes virulents, diffamatoires, en réponse à  : 

           "Je suis une femme libre".

Sans doute l'affirmation mériterait-elle des développements...  

Mais pourquoi autant d'injures par la suite répétées ad nauseam,  amplifiées sans mesure sur Facebook avec la complicité irresponsable de You Tube?
Lara Herbinia a voulu transformer cette expérience citoyenne violente en expérience artistique résiliente... Ouverte au dialogue.                           
Ne fut-ce que pour interroger une société dont plusieurs des membres jugent  normal de traiter de la sorte une femme qui se dit libre.


"Bourgeoise"
"Ignorante"
"Laïque"
"Colonialiste"
"Blanche"
"Pute",
"Juive",
"Islamophobe"
"Lesbienne"
"Franc-maçonne"...


17 jeunes filles, jeunes femmes et femmes ont  désiré prendre part à l'aventure... et symboliquement partager le poids de l'injure. La porter au front;  pas comme le rouge de la honte mais comme celui, éclatant, des plus fiers étendards...


Pierre Van den Dungen